Honfleur : du naufrage au sauvetage… partiel

Il y a quelques années, en entrant dans la Droguerie de la rue du Jour à Paris, je suis tombée en arrêt devant un pull en coton : un modèle à la forme très simple mais dont les fils beige et bleu turquoise très clairs s’entrelaçaient à l’infini en un mariage parfait. Le vrai coup de coeur ! Il s’agissait du pull bicolore Honfleur qui semble avoir disparu de leur catalogue car je ne le trouve plus en ligne sur leur site. Difficile de vous montrer une belle photo de l’objectif rêvé car j’avais acheté simplement la fiche explicative du modèle : une photocopie noir et blanc qui ne rend pas hommage à mon pull rêvé ! alors je vous demanderai simplement de me croire quand je vous affirme que ce modèle était d’une simplicité magnifique.

honfleur-modèle

J’avais donc quitté la boutique avec mes précieuses pelotes de Fleur de coton « Sable » et « Bleu vacances » (quel joli nom !) et commencé le soir-même à tricoter ce joli pull en croisant les doigts pour réussir à l’achever avant la fin de l’été. C’était sans compter sans ce fameux point, le « point de de croix bicolore », qui entrelaçait si bien les fils mais qui étaient d’une lenteur redoutable avec ce coton ! Mais peu importe : ma motivation au top tant ce projet de pull m’enthousiasmait et mes aiguilles se sont donc activées régulièrement tout l’été. Je suis venue à bout du dos et pour changer, j’ai attaqué une manche car le point était plus rapide : un jersey à maille glissée où l’on retrouvait des rayures de Sable et de Bleu Vacances (ce bleu !!!). Tout en tricotant ma manche, j’ai alors réalisé que j’avais oublié de prévoir un peu plus de fil pour allonger les manches à la longueur des bras que la nature m’a donné particulièrement longs. J’ai donc terminé cette manche, fait quelques calculs, commandé un complément de coton pour être certaine de pouvoir terminer mon ouvrage… et j’ai rangé mes pelotes dans un coin car pour alors, septembre et l’automne étaient arrivés et d’autres projets plus urgents m’appelaient.

Au printemps suivant, j’ai ressorti mon ouvrage. Mais j’avais en même temps plusieurs projets tricot et je n’ai donc bouclé que la 2ème manche cet été-là.

Encore quelques mois plus tard, nous voici à nouveau au printemps. Je farfouille dans mes pelotes et je ressors mon projet Honfleur. Bof… Les couleurs sont toujours aussi belles mais le point de croix bicolore m’a laissé un souvenir fastidieux et je n’ai pas le courage de m’atteler à ce travail de longue haleine. J’ai envie d’ouvrages plus immédiats et ce sera donc une année blanche pour mon pull.

Encore un automne… encore un hiver, et nous arrivons à nouveau au printemps 2015. Quand même : j’aimerais bien venir à bout de ce pull dont j’aime toujours autant le mélange de couleurs et le rendu des points et du fil ! Alors je donne un bon coup de collier et je termine le dos !! Oh yes ! ça devient bon ! Je couds les morceaux les uns avec les autres… Et avant de ramasser les derniers fils, je passe à l’essayage, enfin !!!

(…)

… Ah.

Vous vous souvenez de l’histoire de la fille qui se coud toujours des trucs trop grands ? Bon, eh bien, vous avez deviné : cette fois-ci, c’était l’épisode de la fille qui s’est tricoté un pull vraiment trop grand !! « Dans le doute » ( je sais pas pourquoi ?), j’avais choisi une taille L qui pour l’heure dégoulinait de partout sur moi. Une forme un peu loose peut être sympa, j’en conviens, mais le coton de ce pull était tellement lourd que ça pendouillait littéralement. Importable. Et évidemment, après tout ce temps, je n’avais absolument pas le courage de tout refaire. Qu’à cela ne tienne, j’ai donc attrapé ma MAC sur un coup de tête en me disant que je n’avais qu’à considérer toute cette masse de mailles que comme une étoffe pour la retailler directement à ma taille. Je crois que j’aurais mieux fait de reporter de quelques heures ce projet plutôt que de vouloir le boucler à tout prix en vitesse. Au point où j’en étais, j’aurais pu attendre d’avoir vraiment du temps pour bien le faire… Mais il y a des jours comme ça où on fonce tête baissée sans trop savoir pourquoi. Alors disons les choses simplement : j’ai attaqué ces modifications sans vraie rigueur et perdu beaucoup de matière pour un résultat franchement mitigé. Quand j’ai pris conscience du massacre, j’ai préféré en rester là jusqu’à nouvel ordre et j’ai donc rangé tout l’ouvrage dans un coin de l’atelier.

Printemps 2016 ! Nous y voilà. Un peu de tri dans l’atelier et je retombe sur ce projet malchanceux. Un essayage me confirme hélas qu’il n’est plus question de porter un jour ce pull. Tant pis, ainsi va la vie des bricoleuses ! En revanche, il me reste un peu de matière exploitable… alors voilà : Cette fois-ci, j’ai pris mon temps et soigné ce qui est devenu un coussin pour mon salon. Un petit coussin carré tout simple qui me fait sourire quand je pense à ce grand pull dégoulinant qu’il était au départ et à toutes les heures de tricot qu’il représente !! Tout ça pour ça… Mais au moins, ce coussin me plaît bien et il a une histoire bien à lui !

J’ai toujours beaucoup de tendresse pour la Droguerie même si j’y vais un peu moins qu’auparavant. J’ai adoré leurs ouvrages pour toute la famille que j’ai réalisé pendant des années et ce sont aussi les premiers fils à tricoter que j’ai osé essayer en dehors des grandes maisons classiques. Je peux vraiment dire que c’est la Droguerie qui m’a ouvert les yeux sur toutes les autres filatures et toutes les autres matières que le marché nous propose de tricoter aujourd’hui. Qui sait ? peut-être que je me ré-atèlerai tôt ou tard à ce projet de pull Honfleur. La fiche explicative m’attend sagement dans un classeur de l’atelier… Et vous ? est-ce que vous aimez les ouvrages de la Droguerie ? Est-ce que l’une de vous a déjà tricoté le pull Honfleur ?

A propos Plume

Dans la vie, il est important de découvrir ce pour quoi on est vraiment fait. Moi j'aime bricoler, papoter et écouter les belles histoires ! j'espère que ce blog en sera bientôt rempli. N'hésitez pas à me contacter pour raconter la vôtre ! claire@latelierdusecond.com
Cet article, publié dans Tricot, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Honfleur : du naufrage au sauvetage… partiel

  1. Nathy dit :

    Ton récit m’a beaucop amusé, non que je me moque, mais je me retrouve tellement dans ces ouvrages que l’on veut tout de suite et qui durent des années … pour finir en charpie car on fonce tete baissée. Au moins « ta charpie » est jolie sous forme de coussin et elle se marie tres bien dans la déco de ton salon.
    J’aime beaucoup la Droguerie. Ils ont des fils fabileux et un choix de couleurs qui me fait rever à chaque fois que je rentre dans la boutique. J’aime moins leurs modèles depuis deux ou trois ans mais je feuillette toujours leurs anciens livres avec délice…

    J'aime

    • Plume dit :

      Pareil… J’ai fait un peu de tri dans mes livres de loisirs créatifs il y a quelque temps, mais je garde toujours précieusement les livres de la Droguerie que je parcours souvent avec une vraie tendresse. Pas eu de coup de cœur récemment pour des modèles de chez eux… Mais on ne sait jamais !

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s