Confiture de Merci

L’année scolaire passée, Mi et Co ont eu une professeur d’Histoire-Géo qui était un concentré de tout ce qu’on peut espérer trouver chez un enseignant : passionnée, passionnante, érudite, ferme comme il le faut, capable de distiller un belle dose d’humour dans chaque cours, attentive à chaque élève, juste dans ses notations, bienveillante… bref, le rêve. Nous avions tous envie de la remercier particulièrement en fin d’année mais le mois de juin étant ce qu’il est, j’ai simplement écrit un petit mot à cette professeur extraordinaire pour lui faire part de toute ma reconnaissance pour cette formidable année d’histoire et de géographie qu’elle a fait passer à mes enfants.

Et puis l’été a passé et Mi est restée passablement frustrée de ne pas avoir « bricolé » quelquechose elle-même pour sa chère Madame H. Chaque fois qu’elle évoquait ce sujet, je l’invitais à le faire, argumentant qu’il n’est jamais trop tard pour faire plaisir ! Et à chaque fois que le sujet était évoqué, Co renchérissait en précisant qu’il voulait être de la partie parce que lui aussi avait adoré les cours de Mme H.

Début septembre, alors que je préparais avec Mi les fraises et la rhubarbe que nous avions récoltées dans notre ferme préférée pour en faire de la confiture et que nous discutions des différences entre marmelade, gelée et confiture, Mi a eu sa petite idée géniale pour remercier sa professeur : une confiture de merci ! Un simple bocal à confiture repeint dans une couleur pimpante et dans lequel Co et elle glisseraient plein de petits mots qui raconteraient des anecdotes et des moments sympas des cours de l’année passée. C a choisi un jaune citron et pour le clin d’oeil, nous avons ajouté 2 personnages Playmobils qui les représentent tous les 2, grand frère et petite soeur… Un joli paquet cadeau et hop, c’est tout ! Mi et Co doivent offrir aujourd’hui leur « Confiture de Merci, à déguster sans modération »… Je pense que leur petite attention saura faire mouche.

 

Publié dans DIY, Kids | Tagué , , , | 2 commentaires

Miss Calypso

Deuxième top cousu pour l’été : le Miss Calypso de Gasparine.

Offert en téléchargement libre par Gasparine juste avant l’été. Ca tombait bien, je cherchais justement des modèles de tops sans manche et j’ai craqué tout de suite pour l’encolure bateau, le petit détail du noeud dans le dos, l’idée de la doublure apparente… Bref, plein de points positifs pour ce patron auquel j’ai tout de suite associé quelques tissus de mon stock.

Voici donc ma première version de Miss Calypso, réalisée avec un coton glacé gris-beige à petits motifs que j’avais dans mes réserves. Pour la doublure, j’ai choisi un coupon de lin à plumetis jaune fluo France Duval-Stalla (même qualité que celui utilisé pour mon Aime comme Martine) chez Jolis Tissus et Compagnie. La boutique se trouve juste à côté du cours de dessin de l’une de mes filles… pratique pour une escale entre 2 conduites ! Au moment de couper mes tissus, j’ai eu un doute : je n’avais jamais cousu de patron Gasparine et n’avais donc aucune idée de la façon dont ils taillent, les 2 épaisseurs de tissus ne risquaient-elles pas d’être étriquées sur moi ? Bref, j’ai cousu mon Calypso en 40. No comment ! je sais, je sais… il faudra bien que je règle ça un jour mais bon, en attendant, ce n’est pas trop mal. Ce Miss Calypso est grand… trop grand, mais ça va, ça passe quand même et je l’ai porté plusieurs fois sans me poser de questions ! On va dire qu’il a un côté « lose » pour parler comme un modeuse. Seul vrai hic : les pinces poitrine sont vraiment trop basses pour moi et c’est un point que j’ai modifié dans ma 2ème version.

Parce que ce top me plaisait bien, j’ai tenté une 2ème version, coupée dans la bonne taille cette fois-ci, et dans laquelle j’ai remonté les pinces poitrines de presque 3 cm. Cette fois-ci, j’ai choisi pour la doublure un crépon rose corail d’une douceur exquise (toujours lors d’une escale « cours de dessin » chez Jolis Tissus et Compagnie), et pour le tissu principal un coupon de Liberty de mon stock acheté au départ pour mes filles. Les destinataires frisant du nez à chaque fois que je leur ai proposé ce tissu, je me le suis finalement attribué. Il s’agit du Liberty Tana Lawn Pepper coloris K, l’un de mes Liberty chouchous. Un peu osé de coudre une pièce entière en Liberty ? habituellement je l’utilise plutôt en petites touches ici et là… Trop de Liberty tue-t-il le Liberty ? (question essentielle n’est-ce pas ?). Il est évident que ce top « claque » un peu et surprend ceux qui me connaissent et qui ont l’habitude de voir porter des tons neutres et peu de motifs mais ça passe bien. Après tout, il s’agit d’un vêtement d’été à la coupe sobre et nous avons encore nos belles mines biscuitées par le soleil. Au final, je suis contente de ces 2 tops dont le rendu est si différent. Les 2 vêtements ont été bien portés ces dernières semaines… et le seront encore puisque septembre nous offre de belles températures estivales qu’il serait dommage de bouder.

Petit récap’ :

Patron : Miss Calypso de Gasparine. Il taille bien !

Tissu : Coton à motifs de mon stock, lin à plumetis de France Duval-Stalla, Liberty Tana Laws Pepper K et crépon rose corail.

Modification : pinces poitrine remontées de 3 cm

Si je dois le refaire : je crois que j’ai bien envie d’une version bleu marine toute simple (on ne se refait pas !)

Publié dans Couture | Tagué , , , , | 4 commentaires

Aime comme Martine

AimeCommeMartine

Retour sur le blog après une longue pause estivale et une rentrée bien dense !  J’attaque ce retour par un petit bilan des coutures de l’été après la robe Bergamote.

Premier projet cousu ce printemps en vue des beaux jours : le top « Aime comme Martine » de Aime comme Marie. Vous connaissez mon goût pour la broderie alors quand Marie a sorti ce petit top en partenariat avec Martine du blog « Atelier by Martine« , je me suis dit pourquoi pas ? j’aime beaucoup les jolis plis plats du dos et ce petit motif de broderie m’a fait de l’oeil dès le premier jour.

broderieAimeCommeMartine

Pour commencer, j’ai eu beaucoup de plaisir à broder les quelques points tout simples du motif qui apparait sur l’épaule du vêtement… Rien de compliqué, juste ce qu’il faut de temps et d’application pour un petit ouvrage rapide et gratifiant. Passons maintenant à la partie couture et là, autant le dire tout de suite, je suis moins élogieuse. Marie a souvent de très bonnes idées et elle a un vrai talent pour communiquer dessus et les mettre en scène. Mais, et pour moi, le « mais » est de taille : trop souvent la qualité du patronage ne suit pas vraiment et, deuxième point encore plus agaçant je crois, Marie ne nous donne aucune ligne de patronage (taille, poitrine, carrure, hanche…) pour faire quelques modifications sur ses modèles. Soit vous êtes taillée comme elle et ça tombe pile poil, ce qui est rarement le cas et c’est normal (ne sommes-nous pas toutes différentes ?) soit… et bien… rien. Débrouille-toi. A toi de jouer à deviner où sont les lignes sur lesquelles tu dois te baser pour adapter le patron à ta morphologie. Dommage, non ?

multi-aimecommeMartine

Pour revenir à mon expérience sur le « Aime comme Martine », j’ai choisi un joli lin à plumetis de chez France Duval-Stalla, le parfait tissu pour les belles chaleurs de l’été, et j’ai coupé mon tissu dans ma taille habituelle chez Marie, taille dans laquelle il faut parfois que je réduise les marges de couture au niveau des épaules pour gagner un peu d’aisance. Je me suis alors retrouvée avec un vêtement vraiment, vraiment trop grand et qui du coup tombait complètement dans le célèbre effet « parachute », « baudruche », « femme enceinte »… Bref vous voyez de quoi je parle. Au passage, je précise que cela n’avait rien à voir avec le syndrôme « je couds trop grand pour moi » car j’ai vraiment choisi ma taille. Pour parvenir à un vêtement portable, il a fallu que je bidouille un peu, beaucoup, encore… que j’abandonne le projet pendant plusieurs jours, déçue de devoir autant bricoler pour que ce vêtement, à la coupe si simple en apparence, finisse par tomber correctement. Au final : 6 bons cm de moins sous chaque emmanchure et 18 cm de tour supprimés dans le bas du vêtement pour qu’il me siée correctement. La verticalité de mes coutures est intacte mais que de tâtonnements et de temps perdu pour ce résultat.

Au bilan, j’ai mis du temps à le sortir de mon placard, ce top dont la couture m’avait tant déçue. Mais au final, la magie de ce joli tissu a fait effet et je l’ai bien porté… Ouf.

Petit récap :

Patron : Aime comme Martine

Tissu : lin à plumetis de France Duval-Stalla

Modification : moins 6cm sous chaque emmanchure, moins 18 dans le bas du vêtement.

Si je dois le refaire : … pas prévu à l’ordre du jour !

 

 

 

Publié dans Couture | Tagué , , , , | 2 commentaires

Robe Bergamote

bergamote-tokyo

Les instagrameuses ont pu découvrir il y a quelques jours une photo avec ma robe Bergamote portée dans une rue du bout du monde. Ça, c’est chic ! De retour chez les gaulois, voici donc un billet pour vous parler un peu plus de cette petite robe réalisée à partir de mon patron chouchou.

bergamote-robe

Pour mémoire, j’ai déjà cousu au printemps la blouse Bergamote et dire que je l’aime beaucoup est un euphémisme : à moi le hashtag « jeportecequejecouds » !!! Voilà une blouse que je porte très souvent depuis qu’elle a quitté l’atelier. Le patron me convient parfaitement, le tissu est confortable et j’aime beaucoup sa couleur, le combo parfait… Pour résumer : c’est un vêtement dans lequel je me sens bien !

Du coup, lorsque Christelle m’avait envoyé en avant première le PDF pour modifier mon patron en robe (PDF disponible pour tous ceux qui ont déjà acheté le patron Bergamote), j’ai sauté de joie : « Tu vas voir, Christelle, je vais te pondre en 3 jours la-robe-de-la-mort-qui-tue ! » Mais c’était en JUIN… Tout est dit. Beaucoup d’entre vous auront déjà compris le désert créatif que représente ce mois terrible pour nos ateliers (et là, vous ajoutez quelques mesures de la Marche Funèbre Franc-Maçonnique de Mozart…)

Mais à défaut de beaucoup bricoler, au moins de juin, on peut toujours lister et bien préparer les projets à faire dès que la vie aura retrouvé un rythme plus calme. J’avais trouvé très rapidement mon tissu au détour d’un shopping vélo. Je vous arrête tout de suite : quand je dis « shopping vélo », il ne s’agissait pas d’une romantique balade à vélo au cours de laquelle je serais tombée sur mon tissu mais d’une course pour chercher du matériel de VTT dans une zone commerciale de Maurepas. En présentant les choses comme ça, je suis sûre que je vous fais rêver ! Et pourtant, cette course pour aller chercher une fourche télescopique et des freins à disque s’est transformée en vraie plaisir puisque juste à côté de chez AllTricks (le fameux magasin de VTT, vraie mine pour les passionnés !), je suis tombée sur un magasin très sympa qui a ouvert il y a peu : Idéfil. Dans un hangar a priori sans âme, on trouve un chouette assortiment de tissus (France Duval-Stalla, Lina Morata, Frou-Frou, Liberty, unis…), de la laine Drops, plein d’articles de mercerie et surtout un accueil très chaleureux ! Un vrai plaisir. Je sens que je vais proposer à mon cher et tendre d’aller chez AllTricks plus souvent🙂. En attendant, c’est donc dans ce magasin vraiment sympa que j’ai acheté le tissu pour la robe dans la collection Frou-frou. Pour cette version estivale, j’avais envie de ce type de coton léger et particulièrement doux que j’avais déjà cousu l’été dernier pour des petits hauts qui ont bien fait leur preuve pendant les belles chaleurs.

bergamote-robe1

Le patron lui-même est, comme toujours avec Christelle, un vrai plaisir. Précis, complet, elle anticipe les oublis et petites erreurs possibles par ses conseils avisés. Un petit détour chez Kokechic/36 bobines pour visionner le chouette tuto sur la pose de l’élastique fronceur pour la ceinture et hop, on récolte au passage encore quelques bons conseils pour coudre ce modèle (ajout de boutonnières ou pressions au niveau de la ceinture, ordre de montage différent si on choisit la version élastique)… et c’est parti pour une couture plaisir sans accroc. Ah si, zut ! C’est tout moi, ça : j’ai mal compté le nombre de pressions nécessaires pour finaliser ma robe et je suis donc restée en rade quelques jours avant de pouvoir enfin étrenner ma jolie robe ! Mais maintenant qu’elle a été finie et portée à Tokyo, je sens qu’elle va souvent passer sur la corde à linge cet été. #jeportecequejecouds !!!

bergamote-robe2

En résumé parce que mon billet est un peu long :

Patron : Bergamote version robe disponible en PDF ici

Tissu : Coton Odonata de Frou-Frou acheté chez Idéfil

Elastique fronceur : 36 Bobines

Boutons pressions métalliques Kam, trouvés chez Zodio.

Publié dans Couture | Tagué , , , , , , , | 9 commentaires

Honfleur : du naufrage au sauvetage… partiel

Il y a quelques années, en entrant dans la Droguerie de la rue du Jour à Paris, je suis tombée en arrêt devant un pull en coton : un modèle à la forme très simple mais dont les fils beige et bleu turquoise très clairs s’entrelaçaient à l’infini en un mariage parfait. Le vrai coup de coeur ! Il s’agissait du pull bicolore Honfleur qui semble avoir disparu de leur catalogue car je ne le trouve plus en ligne sur leur site. Difficile de vous montrer une belle photo de l’objectif rêvé car j’avais acheté simplement la fiche explicative du modèle : une photocopie noir et blanc qui ne rend pas hommage à mon pull rêvé ! alors je vous demanderai simplement de me croire quand je vous affirme que ce modèle était d’une simplicité magnifique.

honfleur-modèle

J’avais donc quitté la boutique avec mes précieuses pelotes de Fleur de coton « Sable » et « Bleu vacances » (quel joli nom !) et commencé le soir-même à tricoter ce joli pull en croisant les doigts pour réussir à l’achever avant la fin de l’été. C’était sans compter sans ce fameux point, le « point de de croix bicolore », qui entrelaçait si bien les fils mais qui étaient d’une lenteur redoutable avec ce coton ! Mais peu importe : ma motivation au top tant ce projet de pull m’enthousiasmait et mes aiguilles se sont donc activées régulièrement tout l’été. Je suis venue à bout du dos et pour changer, j’ai attaqué une manche car le point était plus rapide : un jersey à maille glissée où l’on retrouvait des rayures de Sable et de Bleu Vacances (ce bleu !!!). Tout en tricotant ma manche, j’ai alors réalisé que j’avais oublié de prévoir un peu plus de fil pour allonger les manches à la longueur des bras que la nature m’a donné particulièrement longs. J’ai donc terminé cette manche, fait quelques calculs, commandé un complément de coton pour être certaine de pouvoir terminer mon ouvrage… et j’ai rangé mes pelotes dans un coin car pour alors, septembre et l’automne étaient arrivés et d’autres projets plus urgents m’appelaient.

Au printemps suivant, j’ai ressorti mon ouvrage. Mais j’avais en même temps plusieurs projets tricot et je n’ai donc bouclé que la 2ème manche cet été-là.

Encore quelques mois plus tard, nous voici à nouveau au printemps. Je farfouille dans mes pelotes et je ressors mon projet Honfleur. Bof… Les couleurs sont toujours aussi belles mais le point de croix bicolore m’a laissé un souvenir fastidieux et je n’ai pas le courage de m’atteler à ce travail de longue haleine. J’ai envie d’ouvrages plus immédiats et ce sera donc une année blanche pour mon pull.

Encore un automne… encore un hiver, et nous arrivons à nouveau au printemps 2015. Quand même : j’aimerais bien venir à bout de ce pull dont j’aime toujours autant le mélange de couleurs et le rendu des points et du fil ! Alors je donne un bon coup de collier et je termine le dos !! Oh yes ! ça devient bon ! Je couds les morceaux les uns avec les autres… Et avant de ramasser les derniers fils, je passe à l’essayage, enfin !!!

(…)

… Ah.

Vous vous souvenez de l’histoire de la fille qui se coud toujours des trucs trop grands ? Bon, eh bien, vous avez deviné : cette fois-ci, c’était l’épisode de la fille qui s’est tricoté un pull vraiment trop grand !! « Dans le doute » ( je sais pas pourquoi ?), j’avais choisi une taille L qui pour l’heure dégoulinait de partout sur moi. Une forme un peu loose peut être sympa, j’en conviens, mais le coton de ce pull était tellement lourd que ça pendouillait littéralement. Importable. Et évidemment, après tout ce temps, je n’avais absolument pas le courage de tout refaire. Qu’à cela ne tienne, j’ai donc attrapé ma MAC sur un coup de tête en me disant que je n’avais qu’à considérer toute cette masse de mailles que comme une étoffe pour la retailler directement à ma taille. Je crois que j’aurais mieux fait de reporter de quelques heures ce projet plutôt que de vouloir le boucler à tout prix en vitesse. Au point où j’en étais, j’aurais pu attendre d’avoir vraiment du temps pour bien le faire… Mais il y a des jours comme ça où on fonce tête baissée sans trop savoir pourquoi. Alors disons les choses simplement : j’ai attaqué ces modifications sans vraie rigueur et perdu beaucoup de matière pour un résultat franchement mitigé. Quand j’ai pris conscience du massacre, j’ai préféré en rester là jusqu’à nouvel ordre et j’ai donc rangé tout l’ouvrage dans un coin de l’atelier.

Printemps 2016 ! Nous y voilà. Un peu de tri dans l’atelier et je retombe sur ce projet malchanceux. Un essayage me confirme hélas qu’il n’est plus question de porter un jour ce pull. Tant pis, ainsi va la vie des bricoleuses ! En revanche, il me reste un peu de matière exploitable… alors voilà : Cette fois-ci, j’ai pris mon temps et soigné ce qui est devenu un coussin pour mon salon. Un petit coussin carré tout simple qui me fait sourire quand je pense à ce grand pull dégoulinant qu’il était au départ et à toutes les heures de tricot qu’il représente !! Tout ça pour ça… Mais au moins, ce coussin me plaît bien et il a une histoire bien à lui !

J’ai toujours beaucoup de tendresse pour la Droguerie même si j’y vais un peu moins qu’auparavant. J’ai adoré leurs ouvrages pour toute la famille que j’ai réalisé pendant des années et ce sont aussi les premiers fils à tricoter que j’ai osé essayer en dehors des grandes maisons classiques. Je peux vraiment dire que c’est la Droguerie qui m’a ouvert les yeux sur toutes les autres filatures et toutes les autres matières que le marché nous propose de tricoter aujourd’hui. Qui sait ? peut-être que je me ré-atèlerai tôt ou tard à ce projet de pull Honfleur. La fiche explicative m’attend sagement dans un classeur de l’atelier… Et vous ? est-ce que vous aimez les ouvrages de la Droguerie ? Est-ce que l’une de vous a déjà tricoté le pull Honfleur ?

Publié dans Tricot | Tagué , , , | 2 commentaires

Les points de broderie de LovelySister

broderieAC2Voici mon cadeau d’anniversaire, réalisé à 4  (talentueuses) mains : une pochette cousue par WonderMamie dans de beaux tissus FilEtik et brodée, vous aurez reconnu son travail, par LovelySister. Le moins qu’on puisse dire, c’est que j’ai été particulièrement gâtée et que je suis très émue par le nombre d’heures de travail qu’elles m’ont consacrées à travers ce projet. Aussi, je profite de cette petite escale broderie pour vous montrer quelques-uns des en-cours broderie de LovelySister. Les noms des points de la broderie traditionnelle bretonne m’enchantent toujours autant alors je ne résiste pas au plaisir de les nommer même si je serais bien incapable de les broder moi-même. Cette pochette par exemple, est un mélange de passé plat, de queue de rat, de semis de perles et de paillettes montées à l’indienne…broderieAC3

Petite escale ensuite sur ce projet de ceinture. La taille de guêpe de LovelySister lui autorise toutes les fantaisies vestimentaires alors elle a bien raison d’oser une ceinture aussi colorée. A nouveau, on retrouve des point de queue de rat et du point kamm…

broderieAC1

Autre projet qui devrait être fini pendant l’été : un sac qui sera ensuite monté et finalisé dans les ateliers Renouard grâce à un partenariat entre l’école de broderie Pascal Jaouen et  cette maison de Maroquinerie. Ce motif est un mélange de point de Kerfeunteun, galon d’Eliant, point de feston, point de chaînette, point de reprise et d’oeillets festonnés.

broderieAC

J’adore cette avalanche de couleurs lumineuses et cette vision à la fois traditionnelle et très moderne de la broderie qui s’intègre dans les vêtements et dans les beaux objets du quotidien…

Publié dans Broderie | Tagué , , , | 4 commentaires

Nos jours heureux #1

Isabelle que vous aviez pu écouter ici a sur son blog Lathelize une rubrique que j’aime beaucoup : « nos jours heureux ». L’intitulé de cette rubrique résume à lui-seul son contenu. Cela fait un moment que j’ai envie d’intégrer une rubrique de ce type sur L’atelier du Second car j’aime cette idée de se concentrer sur ce qui va bien et de ne retenir au final que les jolis moments. Il ne s’agira pas évidemment de TOUT lister, mais juste d’évoquer mois après mois quelques-un de nos jolis moments… Alors en avant !

Ce mois de juin, nous avons beaucoup applaudi et nous avons plusieurs fois senti nos cœurs de parents se gonfler de fierté…

Dans ce mois rendu complètement fou par les emplois du temps surchargés et les voyages de Dad, nous avons réussi à partager quelques jolies parenthèses en famille…

Nous avons découvert ou redécouvert des lieux magiques dans Paris…
Nous avons admiré le renouveau perpétuel de la nature… et sa force. Et surtout…. en dépit de la pluie, du froid, des grèves, de la fatigue de cette fin d’année ou peut-être à cause de tout cela parfois, nous avons beaucoup ri !

Publié dans Pensées du jour, Uncategorized | Tagué , | 1 commentaire